• La Prohibition de la Riba :

Le terme «intérêt»=terme «Riba» en finance islamique.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

«Riba»:originaire du verbe arabe «Raba» qui insinue augmenter et faire accroître quelque chose à partir d’elle-même (Al-JarhietIqbal, 2001; Siddiqi, 2004).

le prêt à intérêt, au sens classique, consiste à prêter une somme d’argent à un individus pour une période déterminé, qu’il sera contraint de rendre par suite intégralement avec un surplus que l’on appelle ”intérêt”, et qui représente une sorte de loyer censé être versé pour ”la location” des fonds empruntés.

• La position de l’islam vis-à-vis de l’intérêt :
Au niveau de la Chari’a islamique, on assimile aléatoirement ”intérêt” et ”usure” au mot ”riba”. Afin de prendre une vraie mesure de sens de la riba, on repose sur la définition du terme arabe qui signifie addition ou accroissement. Néanmoins, ce n’est pas toute croissance ou augmentation qui a été interdite par l’Islam. ”Dans la Chari’a, la riba se base techniquement à la prime qui doit être à tout prix payé par l’emprunteur en sus du montant principal, comme condition du prêt de son échéance”.
voici donc les deux types de riba existants :
? La Riba al-Dayn : connue aussi sous le nom de riba al-jahiliya, représentant une prime payée par le présumé emprunteur au prêteur au titre de l’échéance de remboursement qui lui a été légué.

? La riba al-bai : Retrouvée également sous le terme de riba al-fadl, et celle-ci en gros porte sur un échange de marchandises contre une autres du même genre avec un surplus.
Le coran : La prohibition de la riba y a été révélée à quatre reprise, dans un ordre chronologique dans les versets coraniques suivants:
? Sourate al-roum verset 39
? sourate al-nissa verset 161
? sourate al-imran versets 130-132

sourate al-baqara versets 275-281 : Au nom de DIEU : « Ceux qui mangent l’intérêt ne font que se lever comme se lève celui que le toucher du Diable accable Cela parce qu’ils disent : “Rien d’autre : le commerce c’est comme l’intérêt !” Alors que Dieu a rendu licite le commerce et illicite l’intérêt ! » Sourate Al bakra, verset 275
• La prohibition du gharar :

En finance islamique, il n’est pas permis de conclure des transactions qui renferment de l’incertitude «Gharar» et/ou de la spéculation «Maysir».

Le mot «Gharar» : Désigne l’incertitude, l’ambiguïté, le risque et la tromperie (Chaar,2008)

«la vente d’un bien dont l’existence et les caractéristiques sont incertaines à cause de la nature risquée qui rend la transaction assimilable à un jeu de hasard».

x

Hi!
I'm Piter!

Would you like to get a custom essay? How about receiving a customized one?

Check it out